Ruyant, détermination intacte !

Thomas Ruyant en a terminé jeudi après midi avec sa longue liste de réparations. Il tourne la page des soucis à répétions qui ont, depuis lundi, entravé sa marche en avant, le stoppant net à plusieurs reprises pour intervenir sur une problématique de son voilier. Après 4 ascensions toutes aussi périlleuses et épuisantes l’une que l’autre en tête de mât, il peut désormais jouir pleinement de tout son potentiel de voilure. Certes, il n’en va pas de même pour son « aile » bâbord. Le foil fixé sur la gauche du bateau a mercredi, brutalement révélé une forte délamination. Les architectes et tous les techniciens de TR Racing qui se sont immédiatement penchés sur la question, ont fortement conseillé à Thomas de couper sans autre forme de procès la partie abîmé du foil, qui risquait en se dégradant davantage d’entrainer de graves dommages collatéraux.

C’est depuis hier après-midi chose faite, Thomas a sectionné le tip de son foil, et LinkedOut va poursuivre son tour du monde amputé de son foil bâbord, la partie saine de l’appendice étant définitivement rentrée dans son puits. Thomas espère avoir remisé sa boite à outils pour un moment. Toute son attention se porte à nouveau exclusivement sur la course mise trop souvent et trop longtemps en « stand by » depuis lundi. Sa situation au sein de la course demeure excitante, avec cette belle seconde place à défendre, et un lièvre à aller chercher en la personne de Charlie Dalin qui ne l’a pas attendu en chemin et qui pointe à près de 200 milles en son Sud Est. La course reprend ses droits dans l’esprit du navigateur Dunkerquois qui n’a pas un instant revu à la baisse ses objectifs.

« Je faisais route vers Tristan da Cunha à une centaine de milles de mon étrave, mais je ne verrai pas les îles car je viens juste d’empanner, direction le Sud… La journée d’hier a été bien animée malgré le peu de vent, mais cette nuit a été plus paisible : j’ai retrouvé du vent et je commence à m’extirper du centre des hautes pressions. Direction le Sud avant de débouler dans l’océan Indien, j’espère. Hier, j’ai eu pas mal de choses à gérer avant de rentrer dans les Quarantièmes : j’ai pu m’occuper du foil bâbord que j’ai coupé en partie pour limiter la puissance, et tout est désormais réglé à bord : je suis même remonté dans mon mât hier matin pour parachever mes solutions en tête !

J’ai enfin accéléré : je me suis pris une pétole (zone de calmes) pendant des heures, et maintenant, j’ai dix nœuds de brise et surtout un bateau prêt, même s’il lui manque un petit bout… J’ai probablement moins de pression que mes poursuivants, mais je pense que demain, ça va envoyer ! »

Contact presse :

AGENCE TB PRESS
Tanguy Blondel
06 88 45 35 36

© 2019 THOMAS RUYANT