LinkedOut en équipage autour de l’Europe Méditerranéenne ; le regard des nouveaux Clarisse Crémer et Morgan Lagravière

_B9A6058.jpg
_B9A0616.jpg

Trois mois après le Vendée Globe, Thomas Ruyant et LinkedOut renouent avec la compétition à l’occasion d’une toute nouvelle épreuve, The Ocean Race Europe, un tour de l’Europe Méditerranéenne au départ de Lorient et à l’arrivée à Gênes, départ samedi prochain 29 mai. Un format nouveau, avec trois belles étapes au Portugal (Cascais), en Espagne (Alicante) et Italie (Gênes), et une configuration en équipage rare pour la classe Imoca et ses foilers le plus souvent conçus pour la navigation en solitaire.

Dans l’anticipation et l’impatience d’en découdre face à une concurrence particulièrement relevée, Thomas a choisi de s’entourer de quatre marins, trois hommes, Laurent Bourguès, Morgan Lagravière et Quentin Ponroy, et une femme, Clarisse Crémer. Des bras, du talent, de l’intuition, de la bonne humeur… tous les ingrédients pour bien vivre une épreuve haletante, aux enjeux techniques importants dans la perspective de la sempiternelle évolution et optimisation du plan Verdier.

Nouveaux venus à bord aux côtés du boat captain Laurent Bourguès, du responsable des voiles Quentin Ponroy et du chef du bureau d’étude François Pernelle (qui remplacera Laurent à Alicante), Morgan Lagravière, co skipper du bateau pour la Transat Jacques Vabre en octobre, et Clarisse Crémer, première femme du dernier Vendée Globe, livrent leurs premières impressions au sein du Team, et aux commandes d’un foiler dernière génération.
 

Morgan Lagravière

« Nous avons eu la chance d’effectuer de très belles premières navigations depuis la mise à l’eau du bateau, dans des conditions plutôt ventées. LinkedOut s’est montré d’emblée parfaitement opérationnel, très fonctionnel, preuve de la qualité du travail effectué cet hiver. J’avais un peu navigué sur Charal et ces nouveaux foilers constituent à mon sens plus une évolution des bateaux de la génération 2016, qu’une révolution. Si leur réputation de brutalité n’est pas usurpée, ils sont à certaines allures plus tolérants que les Imoca « classiques » et les foils viennent souvent amortir les chocs.

La dimension humaine est naturellement prépondérante sur cette The Ocean Race Europe. A bord de LinkedOut, l’ambiance est au respect, au plaisir, à la motivation. On est tous heureux de naviguer ensemble. Le casting est excellent, avec Thomas en chef de bord, Laurent qui maitrise la technique, Quentin spécialiste des voiles et Clarisse qui apporte sa fraicheur, sa bonne humeur, et cette touche si particulière aux femmes, toute en anticipation et en réflexion. C’est un équipage très frais, heureux et complémentaire. Ce sont bien entendu les circonstances de course qui dicteront le rythme de vie à bord.

Je formerai un binôme avec Clarisse, Quentin associé à Laurent, et Thomas hors quart. Mais l’idée de partir à cinq est de pouvoir compter à tout moment sur tout le monde. On commence à bien trouver nos places, nos automatismes. La communication est bonne et Clarisse nous apporte beaucoup sur ce point avec son côté cartésien, son sens de l’organisation et son calme. Je pense que je partagerai ave Quentin l’approche tactique et stratégique de la course, surtout dans les phases au contact. On peut en effet envisager une course très groupée. C’est là un des intérêts majeurs de cette épreuve, la possibilité d’observer en temps réel et en condition course les qualités des uns et des autres selon les configurations météos.
 »
 
Clarisse Crémer
 
« J’avais côtoyé brièvement Morgan en Figaro. C’est lui que je connais le mieux à bord. Durant le Vendée Globe, j’ai développé une profonde admiration pour Thomas. Je trouve d’ailleurs que son classement (6ème), ne reflète pas du tout son Vendée Globe. C’est un marin dur au mal, qui ne lâche jamais rien, tout en demeurant d’une grande discrétion. A bord, c’est une belle découverte. L’équipage est super, très complémentaire. Je n’ai que très peu d’expérience en équipage, ou sur de gros bateaux, et sur les épreuves par étapes. The Ocean race Europe est donc fascinant pour moi à tous ces égards, en plus de la dimension « voyage » sur ce magnifique parcours.

Le format équipage permettra de se préserver, mais il faudra aussi se montrer polyvalent. Mon premier défi est d’apprendre ce bateau, qui n’est au demeurant pas si différent de mon Banque Populaire sur le Vendée Globe. On ne se met pas la pression, mais l’équation Bateau- équipage ne peut qu’inciter à la performance et donc à penser victoire. J’attends de cette course beaucoup de confrontations à vue, au contact. Ce sera une course exigeante mentalement, car peu de répit et une concurrence très affutée. Le parcours m’inspire, me donne envie de le vivre bien et de le raconter, avec la dimension humaine à vivre et à partager de l’intérieur. 
»

Le calendrier sportif 2021 et 2022 de TR Racing, la structure de Thomas :

  • The Ocean Race Europe : 3 étapes, départ de Lorient le 30 mai

  • Transat Jacques Vabre Normandie – Le Havre : départ le 7 novembre en direction de La Martinique en passant par l’archipel de Fernando de Noronha

  • Vendée – Arctique – Les Sables : mai – juin 2022

  • La Route du Rhum – Destination Guadeloupe : départ le 6 novembre 2022 de Saint-Malo en direction de Pointe-à-Pitre Guadeloupe

 

A propos de l'équipage The Ocean Race Europe : 

Quentin Ponroy : Maitre voilier, 35 ans

Vainqueur du Spi Ouest France et Champion d’Europe de J80, vainqueur du Tour de France à la Voile, de l’Open 6,50 au Maxi trimaran Idec (The Bridge 2017)

 

Clarisse Crémer, 33 ans

Vainqueur Mini Fastnet 2017 avec Erwan Le Draoulec

Vainqueur Transgascogne 2017

2ème Mini Transat 2017

12ème Vendée Globe 2020 - 2021 avec Banque Populaire

 

Laurent Bourguès, 40 ans

Laser, Mini 6,50 (2ème Mini Fastnet 2009 et vainqueur 2011), 27ème Transat 6,50 2007) Figaro, Multi50 Actual, Boat Captain Imoca Initiatives Coeur et Malizia...

 

François Pernelle, 32 ans

Dériveur (Optimist puis Laser) en centre d’entrainement Régional à la Rochelle

Sportif de haut niveau en Laser Radial en 2005

motorisation vélique du bateau, et Clarisse Crémer, dont le parcours et la facilité d’adaptation, tant en Mini 6,50 qu’en IMOCA, ont grandement impressionné Thomas, et dont les qualités humaines viendront harmonieuse compléter une start-list débordante d’énergie et d’enthousiasme.

A noter que Laurent Bourguès ne disputera pas la deuxième étape. C’est un autre pilier du team TR Racing, la structure de Thomas, François Pernelle, responsable du bureau d’études, qui viendra lors de cette étape apporter son exigence, et emmagasiner de précieuses expériences en vue de l’évolution permanente du bateau.

Contact presse :

AGENCE TB PRESS
Tanguy Blondel
06 88 45 35 36