Dans l’antichambre de l'arène

DJI_0826.jpg

Thomas Ruyant et Morgan Lagravière s’offrent en ce début de semaine prélude à la Transat Jacques Vabre, un court intermède familial en leurs bases respectives Morbihanaises. La 15ème édition de la désormais classique course en double sur la thématique des destinations café partira dimanche prochain peu après 13 heures. Depuis plusieurs semaines, le quotidien du duo, solidement épaulé par les compétences du Team TR Racing, gravite autour du bateau LinkedOut, accéléré par Advens. Le plan Verdier lancé en 2019 atteint sa pleine maturité et c’est avec confiance, en leur machine, en sa mise au point, mais aussi en la complémentarité de leur duo que les deux hommes rejoindront demain soir le bassin Paul Vatine au Havre pour entrer pleinement dans leur transat. Une transat incontournable pour les protagonistes de la Classe IMOCA, positionnée juste après un Vendée Globe, en préliminaire à une Route du Rhum, et déjà, préparatrice à un nouveau Tour du Monde en 2024. Autant de raisons pour Thomas Ruyant d’aborder les 5 800 milles d’un parcours inédit avec appétit, un brin d’impatience, et une énorme envie.

 

La quête de consécration

« Toutes les courses sont importantes dans un projet comme le nôtre » affirme Thomas, plus que jamais conscient de l’impact sociétal de son projet LinkedOut, et des attentes qu’il suscite, une promotion de 160 candidats LinkedOut vient d’ailleurs d’être lancée*. « Mais cette édition vient aussi à point nommé dans la vie globale de notre projet soutenu par Advens. Notre nouveau défi Vendée Globe 2024 est sur les rails, et notre actuel plan Verdier, souvent placé, n’aspire plus qu’à la consécration ultime. Toute l’équipe y a travaillé d’arrache-pied, et les courses en équipage d’avant saison nous ont énormément fait progresser dans les micro détails de la compréhension définitive de notre bateau. » C’est donc bien l’envie, l'ardent désir de se mesurer en course à une concurrence plus performante que jamais qui habite le duo à moins d’une semaine du départ. Thomas et Morgan abordent ces derniers jours riches déjà d’une belle expérience des grands rendez-vous. « On ne vit pas au Havre comme avant un Vendée Globe ou une Route du Rhum » enchérissent-t’ils en coeur. « Le double a un côté rassurant, à l’évidence. Il gomme les aspérités du solitaire, et multiplie l’envie de performer. Le Havre et la Transat Jacques Vabre constituent un rendez-vous apprécié avec un public nombreux et connaisseur. Il y a là un côté bon enfant assez singulier. »
 
Les trois premiers jours de course seront décisifs

Bonne ambiance, l’équipe aux petits soins du bateau et de ses pilotes… Thomas et Morgan surfent sur une vague de soutiens professionnels et engagés. Petit à petit, ils inscrivent cérébralement un rétro planning de leur course à venir. Ne rien oublier. Ne rien laisser au hasard, jusqu’aux petits détails de l’habillement, dernier rempart contre les inconforts à venir. Leurs expériences respectives de ce départ du Havre leur laissent à chacun un goût particulier, heureux pour Thomas qui apprécie le long bord spectacle sous les falaises proposés par la Direction de course. Un souvenir plus scabreux pour Morgan, qui aura à cœur de prendre un meilleur départ qu’en 2019. La météo des premiers jours sera scrupuleusement examinée à partir de jeudi avec le soutien du spécialiste Christian Dumard. « Les deux ou trois premiers jours de course sont souvent déterminants pour l’issue de l’épreuve » affirme Thomas. « Il faut d’emblée se placer, par rapport à la concurrence et bien entendu, par rapport à l’évolution des systèmes. Il faut jouer des coudes, montrer les crocs! »
 
Un parcours inédit

La transat Jacques Vabre et son parcours inédit, avec ses marques de passage à Fernando de Noronha, va imposer après un double passage du pot au noir, une remontée inédite en course vers l’arc antillais et la baie de Fort de France. « Une phase que mon équipe connait un peu pour avoir ramener vers les Antilles LinkedOut après la Transat Jacques Vabre 2015 » poursuit Thomas. "On a échangé avec Laurent Bourguès, notre directeur technique – naviguant, à ce sujet. On attend du portant VMG, l’allure préférée du bateau."
 
Parfaitement en forme après un Tour du Monde épuisant mentalement, Thomas Ruyant pose avec cette Transat Jacques Vabre un nouveau jalon fondateur vers ses objectifs avoués de Route du Rhum, de Vendée Globe tout en ayant avec son partenaire principal, Advens, premier pure-player de la cybersécurité en France, une démarche sociétale forte. 

---

Le voilier LinkedOut, accéléré par Advens

Depuis 2017, Advens accompagne Thomas Ruyant dans ses désirs de conquête des océans à bord d’un IMOCA dernière génération. L’ engagement de l’entreprise avait pris racine tout juste après l’abandon du marin nordiste sur son 1er Vendée Globe, et pris corps avec le soutien financier et la collaboration des équipes du 1er pure player français de la cybersécurité sur les projets datas de l’IMOCA et du marin connectés.

Avec le don de visibilité et de naming du bateau à LinkedOut pour servir de levier de mobilisation en faveur de l’inclusion lors du Vendée Globe 2020 - 2021, ADvens - entreprise engagée face aux urgences sociétales et environnementales - a donné une mission à son partenariat sportif : contribuer à remettre à l’emploi des milliers de personnes en situation d’exclusion.

L’association, l’entreprise et le skipper ont goûté en 2020 à la puissance du rêve, aux émotions et à la réussite d’un projet de sponsoring de course au large à impact performant et innovant.

Le trio gagnant revient sur la Jacques Vabre : au plus les performances de Thomas et Morgan sur l’IMOCA LinkedOut accéléré par Advens seront grandes, au plus l’impact sera fort pour l’inclusion. Et permettra de sensibiliser et mobiliser les entreprises et le grand public pour aider les 160 candidats en précarité à retrouver un job ! 

Contact presse :

AGENCE TB PRESS
Tanguy Blondel
06 88 45 35 36

Photos Pierre Bouras