La victoire, tout simplement

1J5A0998.jpg

« Il me tarde d’y être ! » Thomas Ruyant, à deux semaines du départ d’un jalon majeur dans sa jeune et déjà riche carrière, la Route du Rhum-Destination Guadeloupe 12ème du nom, est à la joie et au bonheur de participer à ce qu’il considère avant tout comme une fête. Rassemblement des amis, réunion de tout un microcosme dédié à la mer et au sport de voile, rencontre avec les foules sentimentales, le Nordiste, Dunkerquois et carnavaleux dans l’âme, chérit ces moments rares pour un solitaire viscéral. Il se présentera ainsi devant Saint-Malo le 25 octobre prochain, animé de cette exaltation joyeuse, mais aussi d’une détermination sans faille à quérir le seul joyau digne de son engagement, la victoire à Pointe à Pitre.

Un LinkedOut au mieux de ses potentiels !

« Je n’en fais pas mystère, seule la victoire m’intéresse » lâche Thomas comme une évidence. « Notre LinkedOut, accéléré par Advens, est indiscutablement l’un des meilleurs bateaux de la flotte. D’autres voiliers de génération plus récente seront sur la ligne de départ, mais notre plan Verdier de 2019 est désormais parfaitement abouti, au meilleur de ses configurations et de ses évolutions. Il a encore progressé depuis la victoire l’an passé dans la Transat Jacques Vabre. Nous avons intégré les nombreuses réflexions suggérées par Morgan Lagravière et mes navigations de l’année m’ont mis en confiance… »

La confiance, le maître mot est lâché, dans une discipline nouvelle, celle des IMOCA volants, véritables fusées capables d’échapper de plus en plus longtemps, pour des vitesses de plus en plus échevelées, à l’élément liquide. « Nos Imoca à foils sont de plus en plus violents, brutaux. On ne s’habitue pas à cette violence, mais on l’anticipe, on la gère de mieux en mieux. C’est mon cas. En augmentant notre niveau de vigilance, de concentration, on parvient à vivre, plutôt que survivre dans la brutalité de nos voiliers. J’évolue ainsi avec de plus en plus de facilité à bord, y compris quand le bateau vole à plus de 30 noeuds. La Route du Rhum va se jouer aussi sur ce terrain de la capacité à encaisser cette violence dans la durée, car notre sprint ne durera pas 3 ou 4 jours comme les courses d’avant saison, mais bien une dizaine de jours. C’est cette aisance, nouvelle, qui crée chez moi l’impatience de partir, de vivre cette expérience du grand large à haute vitesse au dessus des flots. La pression ? Je me la mets tout seul, car mon seul objectif, est d’arriver premier… »

La grande fête Malouine

Et l’envie de partager, de communier est toujours aussi présente chez le Dunkerquois. « La Route du Rhum, c’est une vraie grande fête populaire. J’ai hâte de retrouver amis, concurrents, équipiers, partenaires et public autour des bassins. De tels temps forts de sont pas si courant dans notre sport, et un peu comme lors d’un départ de Vendée Globe, j’ai envie d’en profiter, de partager avec le public. Je fais juste attention à ne pas perdre d’énergie dans cet exercice, et je maintiens un bon niveau d’entretien physique. »

Contact presse :

AGENCE TB PRESS
Tanguy Blondel
06 88 45 35 36