Rien ne va plus ! Records en vue !

Capture d’écran 2022-11-07 à 16.57.28.png

Le report du départ de la 12ème édition de la Route du Rhum - Destination Guadeloupe à mercredi 14 heures 15, a totalement rebattu la donne pour les 138 navigateurs en lice. A la corbeille les plans de route, routages et spéculations météos. Les solitaires s’élanceront avec en mains des cartes neuves, et en tête, de toutes nouvelles approches pour foncer vers la Guadeloupe. La route météorologique qui leur est proposée, certes moins « dantesque » que celle envisagée dimanche dernier, demeure dans la droite ligne des navigations automnales en Manche et dans le proche Atlantique. Mer forte, et une à deux dépressions à traverser restent au programme, mais sur un axe plus propice à faire route directe au Sud-Ouest, avec de jolies perspectives de voir l’autoroute des alizés s’ouvrir à bonne échéance, au point d’entendre ici et là, d’une Classe à l’autre, évoquer des perspectives de temps records.
 
Thomas Ruyant aura su, durant les heures hectiques qui ont suivi l’annonce du report du départ, rester dans sa routine et sa logique d’avant course. Moments privilégiés en famille, un peu de surf, le calme de Cancale et le skipper de LinkedOut accéléré par Advens n’aura en définitive pas perdu une once d’énergie. Sa tête est toute entière focalisée par le départ de mercredi, 14 heure 15, et les heures cruciales qui suivront le coup de canon. « Je fais un point régulier plusieurs fois par jour avec ma cellule météo, composée de Morgan Lagravière, Ronan Deshayes et Christian Dumard » explique Thomas. « Le scénario du départ s’affiche et s’imprègne en moi doucement, logiquement. Je suis de plus en plus mentalement dans ma course, Je visualise ce départ, qui sera tendu à n’en point douter car au près, face au vent, dans un étroit couloir délimité par la ligne de départ et la porte du Cap Fréhel. » 19 milles d’une navigation à haut risque, quand les différentes classes de la course tireront des bords de près, en solitaire, vers l’unique marque de parcours avant la Guadeloupe et la bouée de Basse-Terre. « Il est très important d’être tout de suite dans le tempo, au contact de la tête de course, dans le bon timing des manoeuvres » poursuit Ruyant. « Courants, trafic, zones d’exclusion, parc Eolien… c’est un départ sous haute tension, suivi d’emblée des premiers choix sratégiques. Il y aura un premier front à négocier très vite. Du point où on le traversera, dépendra la suite, avec de nombreuses bulles sans vent à éviter. Il peut se passer beaucoup de choses dès les premières 36 heures de course. »
 
Le dunkerquois se prépare ainsi à un début de course très engagé, marqué du sceau de la prudence. « Il y aura de la mer après la pointe de Bretagne et surtout, il ne faudra pas se tromper de trajectoire, si l’on veut se mettre en bonne position pour rallier rapidement les parties portantes du parcours. Si l’alizé continue de s’établir, les classes rapides, Ultimes, Ocean Fifty et Imoca pourront allonger la foulée et quelques records de classes pourraient tomber, les routages laissant entrevoir 10 à 11 jours de navigation pour les Imocas. »
 
LinkedOut rejoindra demain après-midi son mouillage d’attente devant Dinard. A 16h40, il partira du ponton et sera dans les écluses du Naye à 17h05. « J’ai grand hâte d’y être » conclut Thomas…
 
Record IMOCA sur le parcours de la Route du Rhum Saint Malo-Pointe à Pitre, 4 542 milles en 12 jours 4 heures 38 minutes et 55 secondes (François Gabart - 2014)  

Contact presse :

AGENCE TB PRESS
Tanguy Blondel
06 88 45 35 36
agence@tbpress.fr