Le souffle du Nordiste

WhatsApp Image 2022-11-17 at 10.00.05.jpeg

L’alizé sourit à Thomas Ruyant. Aux allures portatives, dans un  flux d’Est Nord Est toujours un brin fantaisiste et instable, le skipper de LinkedOut trouve matière à s’exprimer, et à faire valoir ses prétentions à la victoire. Un moment distancé de près de 80 milles, il a considérablement réduit, à la faveur d’une nuit expresse, son retard sur le leader Apivia, qui sent désormais le souffle du Nord balayer son tableau arrière.

 

Cette fois est la bonne et les leaders de la flotte des 34 Imocas encore en course en ont terminé pour de bon avec les affres de l’anticyclone des Açores. Ils ont touché en sa bordure Sud ces vents portants qui leur offrent enfin la possibilité d’ouvrir les grandes voiles d’avant et de glisser sur une mer bien rangée en direction du Sud Ouest. Si la Route des Antilles leur est ouverte, elle leur impose aussi une toute nouvelle stratégie, fondée sur le bon tempo des empannages à venir. Les classements évolueront ainsi au gré des bords plus ou moins rapprochant des différents protagonistes, ce matin au nombre de 7, du leader Dalin à Maxime Sorel, à toujours rêver de sacre à Pointe à Pitre.

 

Thomas est de ceux là, et il a toute la nuit fait plus que jamais connaitre ses prétentions, revenant à toute allure à portée d’Apivia, qui a vu son avance sur son dauphin fondre et se rétrécir à une petite trentaine milles. Le skipper LinkedOut s’est aussi donné un peu d’air vis à vis de Charal qui complète depuis plusieurs jours le podium provisoire de l’épreuve, et qui pointe à plus de 30 milles de LinkedOut. L’entrée dans les alizés est aussi synonyme pour Thomas de renouveau. S’il a su, depuis 8 jours jouer crânement ses cartes aux allures proches du lit du vent, il dispose pour les derniers 1 400 milles de course de toute autres armes. Aux allures débridées, avec ses combinaisons de voiles d’avant spécifiques et si joliment éprouvées l’an passé lors de la Transat Jacques Vabre victorieuse avec Morgan Lagravière, LinkedOut se montre redoutable, et c’est motivé par ces certitudes que Thomas se lance à corps perdu dans ce long sprint final. Peu de répit à attendre ces prochains jours pour ces solitaires. La moindre poussière dans la mécanique bien huilée de leurs monocoques se paiera cash en milles perdus. Gare aux Sargasses, aux grains, aux zones de « molles »… chaque fait de course, petit ou grand décidera de l’issue de la course…

Contact presse :

AGENCE TB PRESS
Tanguy Blondel
06 88 45 35 36
agence@tbpress.fr