Train d’enfer, LinkedOut leader !

Thomas Ruyant, à la barre de son Imoca LinkedOut emmène, depuis le passage à la bouée de dégagement « Pasteur » au large des Sables d’Olonne, la flotte de la Vendée Arctique-Les Sables à un train d’enfer. Avec 222 milles avalés en 18 heures de course à près de 14 noeuds de moyenne, le skipper Nordiste imprime, au plus près d’un vent de secteur Ouest soutenu, et sur une mer hachée, un tempo qui étire en cette première matinée de course l’ensemble des 19 concurrents  sur plus de 65 milles. En achevant ce matin le débordement par l’ouest de la Zone de séparation de trafic d’Ouessant, Thomas va aborder en leader la brutale négociation d’une mer d’Irlande à la sombre réputation, secouée depuis plusieurs heures par le passage d’une virulent dépression. Le vent d’Ouest Nord Ouest va continuer de forcir, atteignant les 30 noeuds et plus. La tête de la flotte devra ainsi s’arcbouter dans l’attente du moment crucial d’un premier virement de bord décisif pour se recaler dans l’Ouest sur la rote de l’Islande.
 

LinkedOut, hier juste après le départ

 

Une manoeuvre que Thomas a été le seul à esquisser à l’aube, au large de l’île de Sein, en tirant un bord pénalisant à 100 degrés de la route, et qui a offert brièvement le leadership à ses deux rivaux les plus accrocheurs, Jérémie Beyou (Charal) et Kevin Escoffier (PRB). En relançant très vite son LinkedOut cap au Nord Ouest, Thomas s’est de nouveau rapidement porté au commandement, affichant de relevés en relevés une meilleure vitesse moyenne sur la route. On l’aura compris, le voilier porteur des valeurs de l’inclusion se montre d’une rare efficacité aux allures proches du lit du vent, et Thomas encaisse sans broncher les chocs et l’inconfort d’une navigation face aux éléments. Le sommeil et la nourriture ont pour l’heure fait les frais de cette belle débauche d’énergie au service du bateau. Thomas, en s’amarinant petit à petit, demeure parfaitement lucide sur ces deux points et ne manquera pas de recharger ses batteries avant l’entrée en mer d’Irlande, où le renforcement du vent lui imposera probablement de lourdes manoeuvres de changements de voilure. Le tout placé sous le sceau de la plus grande vigilance au trafic particulièrement intense en cette zone des plus fréquentées au monde.

Ainsi qu’il l’avait annoncé, Ruyant n’est pas venu sur cette première course de la saison, qui marque aussi son retour en solitaire et en Imoca depuis son Vendée Globe 2016, faire de la simple figuration. Il s’est tout l’hiver préparé à ce challenge majuscule qui le mène cette semaine aux abords du cercle polaire arctique. Un test d’endurance pour connaitre ses limites et celles de son plan Verdier dans les conditions les plays abruptes. Thomas est servi. Aux premières 24 heures débridées qui l’emmènent aux portes de l’Irlande, va succéder un épisode éminemment tactique où l’intelligence de course et le sens du placement vont s’imposer à a simple recherche de vitesse pure.

Thomas joint à l’instant : « Oui je suis plutôt content. Mais ce n’est que le début ! Tout reste à faire. Les écarts sont minimes. On est entré sans transition dans le vif du sujet, avec du vent et de la mer. J’ai été « dessus » toute la nuit, à ajuster mes réglages. LinkedOut est un bon bateau, très polyvalent. On a pu aller vite quelles que soient les variations du vent. J’ai tiré un petit contrebord à l’aube au large de Sein, afin de me donner plus de marge pour passer la DST de Ouessant J’ai pu ensuite réaccélérer au près et reprendre la tête. Je ne suis pas surpris du classement. Tous les meilleurs sont au rendez-vous. On slalome un peu entre les cargos, qui se montrent plutôt courtois en s’écartant de notre route. La journée s’annonce copieuse, avec sûrement une prise de ris à venir, encore que j’ai actuellement un peu moins de vent que prévu. J’ai passé pas mal de temps à la table à cartes, à regarder ce qui nous attend à l’approche de l’Irlande. Il y aura du vent et de la mer à venir.  Je suis bien rentré dans mon match. J’ai eu du mal à aller dormir, mais je prends confiance de mille en mille et le sommeil me viendra de plus en plus facilement."

 

En savoir plus sur la Vendée – Arctique – Les Sables

En savoir plus sur LinkedOut, la course au changement 

Images libres de droits ©Pierre Bouras – TR Racing 

Contact presse :

AGENCE TB PRESS
Tanguy Blondel
06 88 45 35 36

© 2019 THOMAS RUYANT