Ne rien donner à mes adversaires !

Drôle de départ de Vendée Globe ; public absent, partenaires frustrés, medias confinés… Thomas Ruyant se remémore l’expérience de 2016, l’émotion de ses proches, la puissante vague d’amour offerte par l’immense foule Vendéenne et ses soutiens venus nombreux. Une vision du passé dont le Nordiste ne retient que l’essentiel. La course qu’il prépare avec acharnement depuis quatre longues années partira dimanche, à 13 heures 02.

En famille depuis une semaine, il s’est libéré l’esprit, porté par une autre vague tout aussi puissante qu’il y a quatre ans, celle de son projet LinkedOut parfaitement structuré sportivement, et qui inspire de plus en plus puissamment cette course au changement et pour l’inclusion voulue par ses partenaires et LinkedOut. Thomas est prêt. Il laisse imperceptiblement monter en lui la pression du départ, cette tension qu’il accepte comme carburant à son fonctionnement d’athlète de haut niveau. Nulle inquiétude ni appréhension quant aux régimes météos à venir. Thomas croquera dans tous les scenarii, quels qu’ils soient. Un seul mot d’ordre pourtant, ne rien donner à l’adversaire !

 Une semaine avec mes p’tits loups

Thomas Ruyant vient de rejoindre Les Sables d’Olonne et son cher plan Verdier LinkedOut, aux bons soins de son équipe technique durant son confinement Lorientais. Un confinement vécu avec bonheur et sans tension dans le cocon familial, entouré de sa femme et de « ses p’tits loups », Basile (6 ans) et Zélie (2 ans).

« Basile a compris. Il sent que quelque chose se trame » précise Thomas. « Il sera à bord avec ma femme Anne-Laure pour cette drôle de descente du chenal des Sables déserté. »  Au mieux de sa condition physique, ayant poursuivi par visio-conférence avec son coach Stéphane Elliot son programme d’entrainement, le skipper de LinkedOut, à défaut de surf, s’est immergé progressivement dans l’évolution des systèmes météos en Atlantique. « Cela me permet d’entrer déjà dans le match, en suivant le développement quotidien des systèmes en Atlantique Nord. On anticipe ainsi les scenarii, on visualise ce qui nous attend, et comment il faudra réagir, à quel moment changer d’amure et de voiles. On imagine la concurrence, et comment il faudra s’adapter, anticiper… La physionomie du départ dimanche nous apparaitra ainsi sans surprise, et les trajectoires seront déjà clairement tracées dans nos esprits. » Totalement recentré sur lui-même, l’ancien hockeyeur sur glace appelle le jeu, la bagarre, le combat. « Un départ à 33 Imocas, c’est du jamais vu. Je ne prendrai aucun risque question timing sur la ligne, mais je compte bien profiter à fond de ce moment unique dans la course où tous les concurrents seront à vue, au contact. Un bon départ, c’est toujours bon pour le moral.»

 Alexandre Fayeulle (Advens), ému et fier du chemin parcouru

Conformément aux directives de l’organisation du Vendée Globe, Thomas se rendra ainsi en petit comité depuis les pontons Sablais jusqu’à la ligne de départ dimanche matin. A bord de LinkedOut, les fidèles, Laurent Bourguès, boat Captain, Lucas Montagne, responsable électronique et Simon Vasseur, tous prêts à bondir et à quitter le bord avant les 4 dernières minutes du compte à rebours de 13 heures 02. Sur les deux semi-rigides autorisés, la famille, les mediamen, les partenaires, et Alexandre Fayeulle, l’homme clé de toute cette aventure.

« Ces jours qui précèdent le départ, c’est un sentiment d’aboutissement qui prédomine ! » raconte le Président d’Advens, « L’aboutissement de 3 ans de travail pour que Thomas se présente dans les meilleures conditions possibles au départ de ce Vendée Globe. C’est une sacrée performance entrepreneuriale et technologique qui a été réalisée, au service d’un immense défi humain, sportif et sociétal. Nous en sommes tous conscients, et nous mesurons le chemin parcouru sur tous ces terrains. J’en suis très heureux pour Thomas et toute l’équipe de TR Racing, qui ont fourni un travail absolument remarquable, pour LinkedOut, Advens, et tous les partenaires de la course au changement et de TR Racing. Thomas est le personnage central de toute cette histoire, il a su réunir autour de lui une sacrée équipe et fédérer beaucoup de personnes qui ont eu envie de l’aider, et ça c’est très fort ! Je lui tire mon chapeau, ainsi qu’à toute l’équipe et en profite pour remercier toutes celles et ceux qui ont contribué. Je serai certainement très ému dimanche au coup de canon, forcément. Nous allons refermer un 1er tome, et un nouveau va s’ouvrir, avec ce départ. Après l’avoir accompagné ces 3 dernières années avec beaucoup d’énergie et de passion, nous allons laisser Thomas seul, face au destin. Nous serons des spectateurs passionnés, heureux et fiers de l’avoir aidé à aller au-delà de ses rêves nés de l’abandon il y a quatre ans en Nouvelle Zélande. Je souhaite qu’il puisse vivre pleinement cette course, et la terminer sans aucun regret! J’espère le meilleur, tout en sachant et en acceptant que tout peut arriver … Au destin, maintenant, de faire sa part ! »

Vidéo : Pierre Bouras

 

Contact presse :

AGENCE TB PRESS
Tanguy Blondel
06 88 45 35 36

© 2019 THOMAS RUYANT