Thomas Ruyant avec Advens et la Fondation de la Mer sur la Solitaire URGO Le Figaro 2019

Retour sur l'étape 4: Roscoff - Dieppe

Une Solitaire Urgo Le Figaro instructive pour Thomas Ruyant

Hier à Dieppe un peu après midi, Thomas en a fini avec sa quatrième Solitaire Urgo Le Figaro. Malgré un abandon sur la deuxième étape, le skipper du monotype aux couleurs d’Advens et la Fondation de la Mer termine à la 38ème place de cette 50ème édition au plateau incroyablement compétitif et après une compétition en quatre actes particulièrement techniques. Une position qui ne reflète pas l’engagement constant du marin des Hauts-de-France durant pratiquement un mois de course au contact. Thomas Ruyant sort renforcé de cette Solitaire et va désormais se concentrer sur l’arrivée de son nouveau monocoque de 60 pieds Imoca en juillet à Lorient. 

Thomas Ruyant : « Quelle belle nouvelle expérience sur cette compétition qui doit être la plus difficile au Monde en Solitaire. Il y a eu des moments difficiles mais je retiens déjà que les bonnes choses et il y en a eu. J’aurais pu faire un peu mieux. Je suis déçu mais je vais garder le positif et retenir ce que j’ai fait de bien sur ces quatre étapes. J’ai l’impression d’avoir été assez souvent dans les bons coups mais il m’a manqué quelque chose afin de transformer l’essai. Je suis content de ma dernière étape. J’ai fait de bonnes choses notamment au passage de la bouée Owers. Je suis venu à la recherche du très haut niveau sur cette Solitaire, je l’ai trouvé. Pour être devant, il faut vivre et manger Solitaire du Figaro en continu toute l’année. J’ai quelques autres sujets qui me préoccupent. On a eu du vent très mou et je n’ai pas été très à l’aise dans ces conditions. Le vent était très changeant sur cette édition. Il n’a pas été toujours facile de trouver le bon chemin. Je reviendrai sur la Solitaire ! Je me prépare à des mois chargés avec la mise à l’eau de notre monocoque de 60 pieds Imoca en août. Nous avons construit un bateau de folie. Il va falloir maintenant le prendre en main sur l’eau afin de se préparer pour la Transat Jacques Vabre. Merci à Advens et la Région Hauts-de-France pour leur soutien. Merci à la Fondation de la Mer de m’avoir choisi comme ambassadeur, merci à tous de me suivre.» 

Retour sur une Solitaire contrastée pour Thomas Ruyant 

Au classement général de la Solitaire Urgo Le Figaro, Thomas Ruyant est 38ème ,un résultat qui ne reflète pas réellement les performances de Thomas sur cette édition. Car, dès la première étape entre Pornichet et Kinsale, Thomas avait fait parler de lui réussissant, grâce à une option Ouest, une remontada de premier plan passant de la 45ème place à la première. La suite sur cette acte 1 était plus difficile. Thomas, comme beaucoup de ténors de la classe Figaro Bénéteau, ne tirait pas les fruits d’une trajectoire Ouest en mer Celtique. Il repartait alors sur la deuxième étape entre l’Irlande et la baie de Morlaix, fort de certitudes concernant sa capacité à se placer sur l’échiquier océanique mais sa trappe de puit de foils tribord en décidait autrement. Elle s’arrachait et obligeait le dunkerquois a abandonné aux risques de perdre son bateau. Une fortune de mer qui hypothéquait les chances de Thomas au classement général de l’épreuve, une malformation dans la construction du nouveau Figaro Bénéteau 3 aux conséquences importantes pour quelques concurrents. Que nenni, le pilote Advens, ambassadeur de la Fondation de la Mer, repartait sur la troisième étape, Roscoff-Roscoff, remonté comme jamais avec la ferme intention de réussir. Résultat : au terme d’un acte 3 à sensation Thomas se plaçait 15ème se replaçant dans le jeu lors du contournement d’Aurigny et faisait preuve d’une belle abnégation tout au long d’un parcours marqué par de nombreux mouillages dans le petit temps et la chasse aux algues. Lors de la dernière étape, ces derniers jours, à destination de Dieppe, Thomas enroulait Owers, au large de l’île de Wight, à la troisième place suite à une option à terre judicieuse. Dans la pétole, il perdait ensuite quelques places lors de la dernière ligne droite dans des conditions aléatoires. Il finissait 18ème hier à Dieppe.

L’Imoca bientôt révélé 

Après de nombreux mois de chantier à Bergame chez Persico Marine, le nouveau monocoque de 60 pieds géré par TR Racing et dessiné par Guillaume Verdier va quitter l’Italie dans quelques jours pour rejoindre Lorient. Il arrivera mi-juillet dans le Morbihan pour un nouveau mois de chantier consacré à la pose de divers systèmes techniques comme l’accastillage, les écoutes, l’électronique… Mi-août, il sera alors mis à l’eau et Thomas Ruyant débutera des sessions de navigation afin de se préparer, avec son co-skipper, à la Transat Jacques Vabre. C’est une nouvelle aventure maritime qui attend Thomas Ruyant, le marin, l’un des sérieux candidats au départ du Vendée Globe 2020. 

Advens Fondation de la Mer Région Hauts-de-France #ungestepourlamer#TRRACING

Tbpress Pierre bouras photographie

IMOCA Globe Series Transat Jacques Vabre Vendée Globe

 

© 2019 THOMAS RUYANT