Un long dimanche de réflexion!

C’est un long dimanche de réflexion qui s’annonce demain pour Thomas Ruyant et Antoine Koch, soumis, à l’instar des 58 autres duos de la 14ème Transat Jacques Vabre, à une belle inconnue météo dès la sortie de la Manche. Si la phase de départ, à proprement parler, demain à 13 heures 15 entre Le Have et la bouée « spectacle" d’Etretat, se présente comme une aimable mise en jambes, tous les duos n’auront pas de trop de toute la rapide sortie de Manche pour cogiter sur un premier choix de route en Atlantique, déjà crucial pour l’avenir de la compétition.

4350 miles les séparent de Salvador de Bahia, mais dès la première centaine de milles de course avalée aux allures portantes demain après midi, l’énorme dépression qui languit dans le proche Atlantique, impose aux navigateurs un choix cornélien entre des options toutes chargées d’incertitudes quant à leur issue. 
« Une chose est sûre " explique Antoine Koch, "les informations météos évoluent d’heure en heure, et les vérités de ce soir, ne seront pas forcément celles de demain. » Alors, que tenter? une descente aléatoire, dans l’inconfort des allures au plus proche du vent le long du Portugal, avec le danger de voir dès le cap Saint Vincent, la porte des alizés se refermer ? Jouer les casse-cous en filant plein ouest pour contourner le centre dépressionnaire et redescendre loin dans l’ouest aux allures portantes? Gare à l’état de la mer levée par plusieurs jours de vents violents, 40 noeuds et plus. Et s’il existait une option intermédiaire, dans l’est du coeur de la dépression ? Là encore, gare aux creux annoncés à plus de 6 mètres. 
Tous ces scénarii ne font que renforcer l’impatience du duo d’Advens for Cybersecurity qui piaffe littéralement ce soir à l’idée de lâcher la bride de leur fougueux coursier. « Tout est réuni pour combler les navigateurs les plus exigeants" explique Antoine. « Nous partons sur une superbe machine, et l’échiquier de cette transat est encombré de toutes les difficultés qui font la saveur de la course au large, stratégie entre les bateaux d’une somptueuse flotte d’Imoca, incertitude météo, conditions musclées du mois de novembre…. On s’en réjouit et on s’y prépare. Ce sera violent, musclé, avec dès le départ de fastidieux changements de voile et de la vitesse, synonyme de grande brutalité à bord. On attend cela depuis longtemps. On a grand hâte… »

© 2019 THOMAS RUYANT