Le beau retour d’Advens for Cybersecurity

Contraint, règlement oblige, d’observer 4 heures d’arrêt après avoir récupéré de quoi réparer un vérin de pilote défaillant, Advens for Cybersecurity a véritablement démarré sa Transat Jacques Vabre dimanche soir depuis Cherbourg, avec la bagatelle de plus de 80 milles de retard sur le premier Imoca,et  bon dernier de l’ensemble de la flotte qui comptait encore à ce moment là 59 unités. La renverse des forts courants du Cotentin, associée à un vent allant faiblissant, a contribué dans un premier temps à creuser cet écart, comptabilisé lundi matin au passage du Fromveur à près de 130 milles. 


Thomas Ruyant et Antoine Koch, plus motivés que jamais face à l’adversité, et rassérénés quant à l’intégrité de leur voilier, s’appliquaient à tracer leur propre sillon, avec sang froid et lucidité. Face au vent de Sud Sud Ouest, ils découvraient au fil des milles l’extraordinaire aisance de leur plan Verdier au plus près du lit du vent. A conditions égales, ils marchaient par moment 2 noeuds plus vite que les ténors de la classe en tête de flotte. Ce rythme endiablé, dans des conditions de mer pour le moins viriles, les propulsaient rapidement au coeur de la flotte et à une douzième place de la Classe Imoca. 


Le choix de la route Sud, au plus près des rivages ibériques les contraint aujourd’hui de s’aligner dans le sillage des leaders. Ceux-ci vont bénéficier plus tôt de vents soutenus dans la journée et les écarts vont se maintenir un moment. Thomas et Antoine savent qu’ils peuvent désormais compter sur les qualités de leur foiler au près, l’allure du moment pour tous les protagonistes. L’heure des belles glissades alizéennes au portant est repoussée à la fin de semaine. Charge au duo de skippers d’Advens for Cybersecurity d’optimiser au maximum leur route vers l’alizé en cours d’installation dans l’ouest marocain. La vitesse sur une route moindre est aujourd’hui leur atout pour resserrer l’écart avec les leaders.

© 2019 THOMAS RUYANT