Advens for Cybersecurity joue placé !

Extraordinaires cascades de rebondissements et de coups de théâtre en tête des Imoca de la Transat Jacques Vabre. La Zone de Convergence Intertropicale, ayant laissé passer sans coup férir les deux protagonistes de tête de la classe Multi50, s’est parée de ces plus tortueux atours pour bouleverser d’heure en heure le rythme et l’ordre de progression des Imocas. Première victime des facéties de ce pot au noir à la hauteur de sa réputation, Charal, (Beyou-Pratt) insolent leader depuis Madère, et qui voyait en quelques heures revenir à sa hauteur le groupe de ses poursuivants, au premier rang desquels Apivia (Dalin-Eliès), prompt à lui chipper le leadership. 

Ce « foiler" quasi sister-ship d’Advens for Cybersecurity semble, en ce milieu de matinée, tiré d’affaire, et en capacité d’accélérer dans l'alizé de Sud Est. Il laisse dans son tableau arrière pas moins de 20 voiliers éparpillés sur 250 milles en latitude, et toujours concernés par cette navigation erratique causée par les successions imprévisibles de phases de calmes plats. 

Calé sur une route plus à l’Est, le duo Ruyant-Koch fait pour l’heure mieux que tirer son épingle du jeu. Au contact des voiliers en mesure de rêver d’un podium Bahiannais, il est totalement revenu dans le match, à la faveur de l’extraordinaire cavalcade dans l’alizé qui l’a vu, entre le 3 et 4 novembre dernier, tutoyer le record absolu de distance parcourue en 24 heures par un 60 pieds Imoca. Thomas et Antoine avaient ce jour là, tracé un sillon de 523 milles, à la stupéfiante moyenne de 21,8 noeuds. Pour mémoire, le record appartient à Alex Thomson et son Hugo Boss du Vendée Globe 2016, avec 536,81 milles à 22,37 noeuds de moyenne. 

Patience et concentration sont les mots d’ordre du jour, avec pour les mystiques, quelques prières au Dieu Eole, pour voir enfin ce vent de Sud Est se stabiliser dans les voiles d’Advens for Cybersecurity. Commencera alors le dernier morceau de bravoure de cette 14ème Transat Jacques Vabre, le long sprint en bâbord amure vers la Baie de tous les Saints, distante encore ce matin de 1 200 milles. Un sprint taillé pour le plan Verdier de Thomas et Antoine, qui pourrait avaler cette distance en moins de 3 jours….

© 2019 THOMAS RUYANT