Adieu vilain pot, bonjour le Sud !

Cent fois ils ont cru en voir le bout ! Et cent fois la Zone de Convergence Intertropicale est revenue les plonger dans sa noire irrationalité. Thomas Ruyant et Antoine Koch semblent depuis le milieu de nuit être parvenus à s’extraire d’un pot au noir dont la virulence, l'étendue et l’intensité demeureront comme les marques fortes de cette 14ème Transat Jacques Vabre. Ce « poteau Noir » aura par son ampleur, près de 400 milles de large, et son absolue imprévisibilité totalement rebattu les cartes, redistribuant un peu au hasard doit-on bien admettre, les laisser passers et les interdits. Ce ne sont pas Jérémie Beyou et Christopher Pratt (Charal) qui nous contrediront, ni le duo Dalin-Eliès dont le bon de sortie prématuré leur garanti pratiquement ce matin un sacre Bahianais. 

A 60 milles de l’équateur, Advens for Cybersecurity se met tranquillement en ordre de combat pour l’ultime bataille qui s’engage, avec ce long sprint sur un seul bord quasiment jusqu’à la Baie de Tous les Saints, située ce matin pour Thomas et Antoine à un bon millier de milles. Un peu moins de trois jours de pilotage dans l’alizé, travers aux vents de Sud Est, que les deux marins d’Advens for Cybersecurity vont s’appliquer à valoriser mille après mille pour, peut-être, tenter de grappiller encore quelques places. Entrés en 11ème position dans le pot au noir, ils en ressortent 7ème, à une soixantaine de milles d’un podium occupé ce matin par deux voiliers à dérives droites. Des voiliers parfaitement optimisés et qui méritent amplement leur flatteur classement du jour. Thomas et Antoine ont certainement à coeur de tirer le meilleur parti de leur foiler dans des conditions qui, au fil des heures, devraient leur permettre de faire à nouveau parler la puissance et l’aisance de leur plan Verdier.
La fatigue, physique et nerveuse de ces dernières heures, et l’impérieuse nécessité de préserver leur bateau récemment mis à l'eau, décideront du niveau d’intensité de cette lutte finale.

© 2019 THOMAS RUYANT